Coordonnées

    Médiathèque de Limay
    8, avenue du Président Wilson
    78520 Limay
    France
    Tél : 01 34 97 27 35

    Horaires d'ouverture du 8 juillet au 31 août inclus

    Lundi Fermé fermé
    Mardi Fermé 14h-17h30
    Mercredi  10h-12h30 14h-17h30
    Jeudi Fermé Fermé
    Vendredi 10h-12h30 14h-17h30
    Samedi 10h-12h30 14h-17h00


    Nouveautés par catégorie

    Espace adulte

    Au premier étage de la médiathèque l'espace adulte vous offre en accès libre 20000 livres (romans et documentaires), 4000 cds musicaux et 2000 dvd (films et documentaires).
    Vous pouvez vous détendre dans un espace dédié aux revues : plus d'une quarantaine d'abonnement. 
    Pour un meilleur confort de lecture, le secteur adulte vous propose également plus de 800 ouvrages en large vision ainsi qu'un fonds de 800 livres audios (romans, contes, relaxation…)
    Des tables avec branchement électrique vous permettent de venir travailler avec votre ordinateur.

    Cinéma et documentaires

    Large vision et textes lus

    Musique

    Bandes dessinées


    La musique dans les romans

    Bientôt viendront les jours sans toi

    par Trueba, David
    Le musicien Dani Mosca a 40 ans à la mort de son père, avec qui il a toujours entretenu une relation houleuse. Un an plus tard, il décide contre toute attente de ramener son cercueil dans son village natal, au nord de l'Espagne. Ce voyage, autant physique qu'intérieur, va lui réserver bien des surprises. Que reste-t-il, quand on fait l'état des lieux de sa vie, des moments de grâce et des rencontres décisives ? Des femmes aimées au-delà de l'entendement, des amis d'un jour ou pour l'éternité, d'un père au courage intimidant ?

    Concert baroque

    par Carpentier, Alejo
    A Venise, pendant le carnaval, un mexicain déguisé en Moctezuma rencontre Vivaldi. Puis Scarlatti et Häendel se joingnent à eux pour visiter un couvent de nonnes musiciennes et pour aller prendre un petit déjeuner sur la tombe d'Igor Stravinsky. Car les chronologies s'enchevêtrent dans ce merveilleux concert baroque où la musique, forme sublimée du temps, mène le récit.

    Dans les rapides

    par Kerangal, Maylis de
    "T'es rock, t'es pas rock. La vie rock. Ce n'est pas gravé sur les disques, ce n'est pas imprimé dans les livres. Une épithète consubstantielle, un attribut physique comme être blonde, nerveux, hypocondriaque, debout. Rock rock rock. Le mot est gros comme un poing et rond comme un caillou. Prononcé cent fois par jour, il ne s'use pas. Dehors le ciel bouillonne, léger, changeant quand les nuages pèsent lourd, des milliers de tonnes bombent l'horizon derrière les hautes tours, suspendus. Etre rock. Etre ce qu'on veut. Plutôt quelque chose de très concret. Demandez le programme !" Le Havre, 1978. Elles sont trois amies inséparables. Un dimanche de pluie, elles font du stop, et dans la R16 déboule la voix de Debbie Harris, la chanteuse de Blondie. Debbie qui s'impose aux garçons de son groupe, Debbie qui va devenir leur modèle.

    Hymne

    par Salvayre, Lydie
    Le 18 août 1969 à l’aube, devant le parterre dévasté de Woodstock, Jimi Hendrix déchire le silence au son sauvage de sa guitare pour jouer l’hymne américain. C'est un cri. Et ce cri, telle est la conviction de Lydie Salvayre, seul Jimi Hendrix pouvait lui donner toute sa puissance. Parce qu'il est noir, de cette minorité qu'on envoie volontiers mourir au Vietnam. Parce qu'il est aussi Cherokee, de cette minorité peau-rouge niée dans ses droits et dans sa dignité. Parce que sa mère a sombré dans l'alcool et a dérivé vers la mort. Et parce qu'enfin la musique a été sa seule balise, cette musique dont il fut un explorateur trop génial pour être tout à fait compris par son époque. Mais son manager le poussait à des tournées exténuantes et répétitives. Face au cynisme du show business, le génial guitariste et chanteur s'adonne à une consommation frénétique et désespérée de femmes et de drogues, dans une fuite autodestructrice qui le conduira à mourir dans son vomi. Ressassant de façon litanique ce moment historique du 18 août 1969, Lydie Salvayre tire les fils de la biographie, mais affirme aussi la puissance suicidaire de tout véritable créateur. Elle écrit, avec sa force visionnaire, la légende dorée de Jimi Hendrix.

    L'héritage vénitien

    par Hewson, David
    1733 : Lorenzo Scacchi arrive à Venise pour travailler à l'imprimerie de son oncle. Très vite, il est ensorcelé par les multiples sortilèges de la ville. Jusqu'au jour où son chemin croise celui d'une mystérieuse violoniste qui, dans l'ombre de Vivaldi, essaie de faire entendre sa voix. Voulant percer les mystères qui l'entourent, Lorenzo mène une enquête qui va le conduire au cour de la communauté juive du ghetto de Venise. 2001 : Daniel Forster, venu cataloguer la superbe bibliothèque privée des Scacchi à l'ombre d'un tableau du'Tintoret, La Tentatlon du Christ, découvre une partition anonyme, datée de 1733, objet de multiples convoitises. C'est le début d'une spirale d'intrigues, de meurtres et de secrets, dont les clés sont cachées dans l'histoire de la ville

    La contrebasse

    par Süskind, Patrick
    La contrebasse est l'instrument le plus gros, le plus puissant et le plus indispensable de l'orchestre, le plus beau aussi, dit d'abord le contrebassiste. Mais bientôt l'éloge pompeux laisse affleurer les frustrations et les rancœurs du musicien et de l'homme. Et peu à peu la haine d'abord refoulée de cette encombrante compagne s'exprime, se déchaîne et explose jusqu'à la folie...

    La Résurrection de Mozart

    par Berberova, Nina Nikolaevna
    Juin 1940. Paris est une ville sacrifiée. Au milieu de l'atmosphère de débâcle qui règne sur le village de Maria Léonidovna et Vassili Souchkov, on s'interroge: que penseraient les glorieuses figures de l'histoire d'Europe face à ce marasme? D'aucuns voudraient ressusciter Napoléon, Bismarck, la reine Victoria ou Jules César. Maria, elle, voudrait faire revivre Mozart. Un jour, un étrange voyageur vient trouver refuge chez eux. Ce jeune homme mystérieux, aux airs de soldat ou d'espion, se prétend musicien, ainsi qu'en témoignent ses mains étonnamment fines, fragiles, et couvertes de poussière.

    Le fracas du temps

    par Barnes, Julian
    Il est difficile encore aujourd'hui de se représenter ce que pouvait être réellement la vie sous dictature communiste - en l'occurrence, ici, celle des artistes sous la férule stalinienne. Staline les surveillait de près : il fallait obéir, sinon... Un trait de plume du tyran vous condamnait à mort. Et quand un des plus grands musiciens de l'époque, jusque-là plutôt en faveur, découvre un matin dans La Pravda un article qui le démolit, il sait que ses jours sont comptés. Il s'agit de Dimitri Chostakovitch. On est en 1936. Et la question essentielle, cruciale, que pose ce nouveau roman de Julian Barnes, c'est : que fallait-il faire ? Et en corollaire, qu'est-ce que moi j'aurais fait ? Le fracas du temps est bien un roman - même si tous les faits sont avérés : les hallucinantes conversations avec Staline, les comparutions devant des juges qui ne savent même pas lire une partition... On a beaucoup critiqué Chostakovitch d'avoir cautionné le régime, d'avoir été un collabo . Mais on ne doit pas oublier qu'il risquait sa vie mais aussi celle de sa femme, celle de ses enfants et celle de sa mère ! Un romancier peut aller plus loin que l'historien dans l'exploration de l'âme d'un immense artiste, un être complexe, attachant, qui se débattait comme il pouvait dans le chaos de son époque, en essayant de ne pas renoncer à sa musique. Oui, que fallait-il faire ? Julian Barnes nous laisse trouver les réponses.

    Le Luthier de Crémone

    par Le Porrier, Herbert
    C'est auprès de Maître Nicolas qu'un certain Antonio commence son apprentissage de luthier. Il y trouve peu d'intérêt, jusqu'à ce qu'il entende Cavalli, venu de Venise choisir ses instruments, jouer du violon: émerveillement, coup de foudre à s'en renverser un pot de colle brûlante sur les doigts. La légende d'Antonio Stradivarius est née.

    Le luthier de Mirecourt

    par Cressanges, Jeanne
    A l'automne 1788, Denis Vintaume, luthier à Mirecourt, sur le point de mourir, confie à sa fille les péripéties d'une vie tumultueuse. La passion de son métier, ses amantes, les idées de son temps, son amitié avec Voltaire, l'ont entraîné dans un tourbillon d'intrigues à travers l'Europe du XVIIIe siècle, de Mirecourt à Venise en passant par Saint-Pétersbourg, Bruges, Vienne et Paris... Soir après soir, il remet sa vie et son âme entre les mains de sa fille, la pieuse Agnès, tour à tour révoltée et séduite, peu à peu prisonnière de l'ambiguïté de ses sentiments. Une aventure épique, romanesque, picaresque, un roman sensuel et libertin.

    Le violon d'Hitler

    par Shamir, Igal
    France 1940. Pourquoi Hitler a-t-il ordonné un soir, à l'issue d'un concert, l'exécution de Gustav Schultz ? Violoniste enrôlé dans l'armée allemande, celui-ci aurait été détenteur d'un prodigieux secret qui aurait provoqué la rage du Führer... Paris, de nos jours. Ancien agent israélien spécialisé dans la traque des criminels nazis, le violoniste Gal Knobel voit son passé le rattraper lorsqu'un mystérieux cardinal lui propose de découvrir ce qui a déclenché la colère d'Hitler. Un secret vieux de quatre siècles qui plongerait ses racines dans la Venise de la Renaissance. Effrayant et indicible, il pourrait faire vaciller l'histoire artistique et religieuse européenne. Pour découvrir la vérité, Gal Knobel devra parcourir l'Europe au péril de sa vie : au Vatican, à Venise, Paris et Genève, les nostalgiques du IIIe Reich sont légion à vouloir que le secret d'Hitler reste caché à jamais...

    Les harmoniques : Beau Danube blues

    par Malte, Marcus
    Une voiture quitte les rives de l'Océan pour Paris à travers la nuit et des nappes de jazz qui s'échappent d'un autoradio. A son bord, deux hommes. Mister est un pianiste de jazz. Un black amoureux de Trane et de Lady Day. Bob, son complice, son frère de cœur, est un ancien prof de philo reconverti en chauffeur de taxi. Encore plus que Monk ou Getz, lui vénère les classiques grecs et Schopenhauer. Les deux hommes foncent vers la capitale mus par l'obsession de Mister : Vera, une jeune femme qu'il a récemment rencontrée, vient d'être retrouvée morte, brûlée vive. Les coupables ont été arrêtés sur le champ, mais Mister ne croit pas à la version officielle. Il décide de mener sa propre enquête. Ses questions et sa curiosité vont les amener à lever le voile sur une histoire qu'il aurait mieux valu garder secrète, et à côtoyer une faune peu recommandable. Qui est ce Josip, figure titanesque, peintre maudit et manchot qui a fui la guerre et vit reclus en banlieue parisienne ? Que vient faire dans cette histoire la mafia serbe ? Et ce Karoly, ministre de l'Intérieur aux tendances fascisantes, consumé par le pouvoir et le sexe ? Au fil de l'enquête et de leurs rencontres, Mister et Bob s'enfoncent dans une gigantesque machination qui se terminera dans la violence et l'horreur, et par une balade sur le front yougoslave... Composition virtuose, arpèges narratifs complexes et subtils, envolées lyriques... ce roman éblouissant de Marcus Malte avance, style en avant, sur la corde raide. Entre l'ombre et la lumière, la violence et la mélancolie, Les harmoniques est un incroyable roman noir - clair-obscur plutôt. Une mélopée déchirante qui mêle le politique, la passion, la révolte et le sexe. Comme tous les grands standards du blues

    Les violons du Roi

    par Diwo, Jean
    C'est le roman d'une poignée d'artisans de génie installés à Crémone, dont Antonio Stradivari, le plus grand luthier de tous les temps, qui achève de transformer le violon vulgaire et grinçant des ménétriers en instrument royal. Durant plus de soixante ans, l'atelier de Stradivari livre aux rois et aux princes des violons aux sons et aux vernis magiques, jamais égalés depuis. Le maître préfère pourtant tailler ses voûtes et sculpter ses volutes pour ceux qui savent le mieux faire chanter ses violons: les virtuoses-compositeurs. Dans le roman de jean Diwo, la musique baroque fait vibrer les chapelles, les salles de concerts, et se mêle intimement à l'histoire des luthiers. A Rome, Corelli fait pleurer la reine Christine de Suède en jouant son stradivarius et le révérend Antonio Vivaldi entraîne Venise dans le tourbillon de ses "Quatre saisons". Le "Prêtre roux", s'il ne dit pas la messe, dirige de son archet enchanté l'école de musique des jeunes filles de la Pietà et trimbale à travers les cours d'Europe, et jusqu'au Vatican, sa cohorte de nonnettes musiciennes et chanteuses. Ainsi, pris par la magie du violon, artisans et grands seigneurs, jeunes femmes espiègles et mères de famille austères, apprentis et virtuoses vivent, aiment et meurent dans une Italie à la fois rayonnante et déchirée. Le plus mystérieux des instruments de musique et le plus secret de ses créateurs sont les principaux personnages de ce récit passionné en forme d'allegro.

    Love Song

    par Djian, Philippe
    Daniel est un musicien accompli. A cinquante ans et quelques, sa carrière est faite, il est l'auteur de plusieurs gros succès, de plus d'une dizaine d'albums, et tourne dans le monde entier. Le public et la critique l'adorent, on le reconnaît dans la rue et le désordre de sa vie conjugale avec Rachel fait parfois la une de la presse people. Mais ces derniers temps, l'industrie du disque a changé sans qu'il s'en aperçoive. Et, quand il remet à sa maison de disques ses nouveaux morceaux, le verdict tombe : pas assez commercial. Renvoyé en studio, il doit d'urgence trouver l'inspiration, quand sa femme, qui l'avait quitté depuis huit mois, choisit justement ce moment pour revenir.

    Ma vie avec Mozart

    par Schmitt, Eric-Emmanuel
    Un jour, Mozart m'a envoyé une musique. Elle a changé ma vie. Depuis, je lui écris souvent. Quand ça lui chante, il me répond, toujours surprenant, toujours fulgurant

    Mozart (1) : Le Grand magicien

    par Jacq, Christian
    Il n'a que sept ans, il a déjà beaucoup voyagé pour donner des concerts à Prague, Vienne, Francfort... et il a un secret qui le console de tout quand il est trop fatigué, un trésor personnel un royaume imaginaire joliment dessiné sur une carte qui ne le quitte jamais et dont il est le monarque. Il s'appelle Wolfgang Amadeus Mozart, c'est un enfant prodige, il compose pour " chercher les notes qui s'aiment ". C'est alors qu'un homme se présente à lui. Thamos, comte de Thèbes, est venu de Haute-Egypte pour initier le " Grand Magicien " dont l'oeuvre évitera à l'humanité de sombrer dans le chaos. Et ce Magicien, il le pressent, est peut-être Mozart. Dès cet instant, l'homme et l'enfant ne se quitteront plus. Mais Thamos parviendra-t-il à sauver Mozart des pièges qui se présentent à lui ?

    Musique absolue : une répétition avec Carlos Kleiber

    par Le Maire, Bruno
    « Tandis que lui avait du génie. Faites un effort ! Mettez-vous cela dans le crâne ! Ou sinon, mieux vaut arrêter notre entretien tout de suite. Je n’ai plus l’âge de répéter quinze fois les mêmes choses. Vous me rebattez les oreilles avec les autres chefs. Depuis une heure, vous me les citez tous comme si je ne les connaissais pas : sachez que je les connais, je les connais cent fois mieux que vous, ils ont dirigé à deux mètres de mon pupitre, je les observais de biais.

    Novecento : pianiste

    Né lors d'une traversée, Novecento, à trente ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l'Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui : la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports. Sous la forme d'un monologue poétique, Baricco allie l'enchantement de la fable aux métaphores vertigineuses

    Orfeo

    par Powers, Richard
    Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l'entendre à propos d'une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu'il n'ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d'être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu'une existence trop tranquille avait émoussé. Richard Powers revient ici à son amour passionné de la musique et fait défiler toute la bande-son du XXe siècle. C'est une véritable fugue qu'il nous offre. Fugue au sens musical du terme. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d'autre choix que de devenir clandestins. Fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique. Fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile... Avec ce portrait d'un homme littéralement hanté par la musique, Powers donne à ses thèmes de prédilection une ampleur inégalée et s'impose comme l'un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.

    Porporino ou les mystères de Naples

    par Fernandez, Dominique
    Ne cherchez pas Porporino dans les annales des castrats de l'opéra napolitain de la fin du XVIIIe siècle. C'est le narrateur inventé de cette autobiographie imaginaire, mais il en dit long sur " les fastes de Naples au temps de sa splendeur ". On y croisait alors le jeune Mozart ou le vieux Casanova, l'aventurière lady Hamilton ou ce fou de prince Sansevero... Au fil de ce roman cultivé, audacieux et baroque, Dominique Fernandez fait jouer, jouir, chanter, exulter une époque, tout en livrant une profonde méditation sur la liberté d'un être " prodigieusement enrichi d'avoir échappé à l'obligation d'être un homme ! ". En suivant Porporino, on se laissera, en musique, aller au rêve jusqu'aux portes de l'Eden.

    Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent... : suivi de Kiki van Beethoven

    par Schmitt, Eric-Emmanuel
    Un jour, lors d'une exposition de masques, Beethoven revient dans la vie d'Eric-Emmanuel Schmitt. L'écrivain se rappelle l'avoir aimé passionnément autrefois, pendant son adolescence. Pourquoi Beethoven s'est-il éloigné ? Pourquoi l'homme d'aujourd'hui n'éprouve-t-il plus ces émotions, ce romantisme, ces orages intérieurs et cette joie ? Qui a disparu ? Beethoven ou nous ? Et qui est l'assassin ? Ce texte est suivi de Kiki van Beethoven, l'aventure d'une femme, la soixantaine rayonnante, laquelle va, grâce à la musique, changer sa vie ainsi que celle de ses trois amies. Une fable sur la jeunesse perdue et les secrets ensevelis.

    Un coeur en silence

    par Busquets, Blanca
    Berlin, de nos jours. Lors des derniers préparatifs d'un concert en hommage à Karl T., un chef d'orchestre décédé dix ans auparavant, quatre personnes originaires de Barcelone se remémorent le passé. Teresa, la virtuose sauvée par la musique ; Anna, la soliste jalouse ; Maria, la simple gouvernante secrètement éprise du chef d'orchestre et Mark, le fils de Karl. À travers leurs récits se révèlent peu à peu les liens qui les unissaient : relations de haine ou d'amour, de filiation ou d'abandon, mais surtout la passion, parfois destructrice, pour la musique. Quatre destins marqués par un même musicien et par son violon, un précieux Stainer disparu depuis longtemps. À qui Karl a-t-il légué son instrument fétiche ? Des années plus tard, ce dernier concert fera éclater la vérité. Magnifique roman choral construit comme un concerto, entre envolées lyriques et murmures, Un coeur en silence est une ode à la musique et à son pouvoir.

    Re-découvrez les classiques !

    Antigone

    «L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par cour depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre.» Jean Anouilh.

    Aurélien

    par Aragon, Louis
    Aurélien tombe amoureux de Bérénice Morel qui, de sa province, est venue passer quelques jours à Paris. Puis les circonstances de la vie éloignent Aurélien et Bérénice, sans que cesse leur amour, mais aussi sans que leur amour puisse exister vraiment. En 1940, mobilisé, Aurélien rencontre Bérénice, une Bérénice en laquelle la femme nouvelle tente de naître. Mais quelques heures plus tard, elle est tuée par les Allemands, à côté d'Aurélien, en voiture.

    Aziyadé ; (suivi de) Fantôme d'Orient

    par Loti, Pierre
    "- Avant mon arrivée en Turquie, que faisais-tu, Aziyadé ? - Dans ce temps-là, Loti, j'étais presque une petite fille. Quand pour la première fois je t'ai vu, il n'y avait pas dix lunes que j'étais dans le harem d'Abeddin, et je ne m'ennuyais pas encore. Je me tenais dans mon appartement, assise sur mon divan, à fumer des cigarettes, ou du hachisch, à jouer aux cartes avec ma servante Emineh, ou à écouter des histoires très drôles du pays des hommes noirs, que Kadidja sait raconter parfaitement."

    Bel-Ami

    par Maupassant, Guy de
    Georges Duroi, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d'une rencontre le met sur la voie de l'ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l'intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l'initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu'il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu'il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, oeuvrent dans l'ombre. La presse, la politique, la finance s'entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l'érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l'angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

    Gargantua

    par Rabelais, François
    Qui ne connaît pas Gargantua ? Ne vous a-t-on jamais dit que vous aviez un appétit "gargantuesque" ? Si tel est le cas, soyez heureux. Car Gargantua est un personnage mythique de la littérature française du XVIe siècle. Créé par François Rabelais, Gargantua est un géant truculent dont le nom est passé dans le langage courant pour désigner son appétit énorme et insatiable. Rabelais écrit l'ouvrage en mêlant rêve et réalité. Sous forme de chroniques, on découvre avec plaisir les aventures comiques et magnifiques de Gargantua, de guerres en ripailles. Outre son esprit satirique, Rabelais montre ici un talent de conteur et de portraitiste. Ces pirouettes stylistiques lui permettent d'exprimer sa philosophie en toute liberté malgré la censure et les guerres de religion propres à l'époque de François Ier. Une philosophie faite d'épicurisme souriant et modéré. En prose et en vieux français, ce roman comporte tous les éléments propres aux œuvres indémodables.

    Hamlet suivi de le roi Lear

    par Shakespeare, William
    Hamlet, " Mort à peine depuis deux mois, non, pas autant, pas deux, /Un si excellent roi, qui était à celui-ci/Ce qu'Hypérion est à un satyre, si tendre pour ma mère/Qu'il ne permettrait pas aux vents du ciel/De toucher trop rudement son visage. Ciel et terre, /Est-ce à moi de m'en souvenir ? Oh ! elle se pendait à lui Comme si son appétit de lui croissait/De s'en repaître, et pourtant en un mois, /N'y pensons plus : fragilité, ton nom est femme./Un petit mois, les souliers n'étaient pas même usés/Avec lesquels elle suivait le corps de mon pauvre père, /Comme Niobé, tout en larmes, elle, oui, elle -/O Dieu, une bête à qui manque la faculté de raison/Aurait pleuré plus longtemps ! - se mariait à mon oncle, /Le frère de mon père, mais qui ne ressemble pas plus à/mon père/Que moi à Hercule... ", Acte I, scène II.

    Jacques le Fataliste

    par Diderot, Denis
    Valet bavard et raisonneur, Jacques a la conviction que "tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut". Par le récit de ses mésaventures, il prétend le démontrer à son maître. Lequel, chemin faisant, ne demande qu'à savoir comment un fatal concours de circonstances rendit son serviteur amoureux... et boiteux. La lecture du fantasque Tristram Shandy, de Laurence Sterne, avait beaucoup réjoui Diderot qui, de 1771 à 1778, ne cessa d'enrichir Jacques le fataliste, dialogue entrecoupé d'aventures, d'apostrophes au lecteur, de soudaines digressions et de réflexions morales... ou amorales. Diderot s'y affranchit de toutes les conventions pour livrer une "rhapsodie de faits, les uns réels, les autres imaginés, distribués sans ordre". Longtemps connu dans la traduction de Goethe, le satirique Neveu de Rameau met en scène une conversation à bâtons rompus, au café de la Régence, entre un philosophe et le parent du célèbre compositeur, bohème génial et extravagant.

    Jane Eyre

    par Brontë, Charlotte
    Jane Eyre est pauvre, orpheline, pas très jolie. Pourtant, grâce à sa seule force de caractère, et sans faillir à ses principes, elle parviendra à faire sa place dans la société rigide de l'Angleterre victorienne et à trouver l'amour... Une héroïne qui surmonte les épreuves sans perdre foie en son avenir, une intrigue où se succède mystères et coups de théâtre, une passion amoureuse qui défie tous les obstacles : le plaisir de lire Jane Eyre est toujours aussi vif. Comme elle, on veut croire que rien n'est écrit d'avance et que la vie réserve des bonheurs imprévus.

    Journal d'un curé de campagne

    par Bernanos, Georges
    Ce Journal est celui du curé d'Ambricourt, jeune prêtre récemment nommé dans une paroisse "comme les autres". Dès son arrivée, il se heurte à l'incompréhension de confrères plus endurcis et à l'indifférence d'un village dévoré par le péché et par l'ennui. De son verbe simple et franc, il consigne dans un cahier d'écolier sa foi, ses doutes, sa révolte, et médite sur le sens de son ministère. Au terme de son inconscient chemin de croix, ce forçat de Dieu qui ne veut rien céder au Mal se sera tué à la tâche. A travers la figure de cet humble diariste, Bernanos met en scène une expérience spirituelle violente, dans une époque désertée par le sacré. Le regard tranchant, inquiet, et l'audace de la vision religieuse font de ce récit intime l'un des sommets de son oeuvre.

    L'ensorcelée

    par Barbey d'Aurevilly, Jules
    Les lendemains de la Chouannerie. Dans une atmosphère de campagne barbare où interviennent des pâtres jeteurs de sorts et des vieilles femmes hantées par le souvenir de leurs débauches, Jeanne Le Hardouey, une aristocrate claudélienne mésalliée d'âme et de corps à un acquéreur de biens nationaux, est " ensorcelée " par un prêtre, l'abbé de La Croix-Jugan qui a tenté de se suicider par désespoir de la cause perdue et dont le visage monstrueux porte la trace des tortures que lui ont fait subir les Bleus. " J'ai tâché, disait Barbey, de faire du Shakespeare dans un fossé du Cotentin. " On trouvera Jeanne noyée dans un lavoir et Jéhoël de La Croix-Jugan sera tué d'une balle inconnue au moment où, relevé d'interdit, il célèbre sa première messe dans l'église de Blanchelande. Au lecteur de découvrir le meurtrier.

    L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche I

    par Cervantès, Miguel
    En conséquence, l'esprit désormais perdu, il en arriva à la plus étrange pensée où tomba jamais fol au monde, qui fut qu'il lui parut convenable et nécessaire, tant pour l'accroissement de son honneur que pour le service de sa république, de se faire chevalier errant et de s'en aller de par le monde, avec ses armes et son cheval, pour chercher les aventures et s'exercer en tout ce qu'il avait lu que s'exerçaient les chevaliers errants, remédiant à toute espèce d'injures et s'exposant à des dangers et des périls propres à lui valoir, en y mettant fin, éternel renom et gloire.

    La Métamorphose et autres récits

    par Kafka, Franz
    Lorsque Gregor Samsa s'éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. Il était couché sur le dos, dur comme une carapace et, lorsqu'il levait un peut la tête, il découvrait un ventre brun, bombé, partagé par des indurations en forme d'arc, sur lequel la couverture avait de la peine à tenir et semblait à tout moment près de glisser. Ses nombreuses pattes pitoyablement minces quand on les comparait à l'ensemble de sa taille, papillotaient maladroitement devant ses yeux.

    La princesse de Clèves

    par La Fayette, Marie-Madeleine Pioche de La Vergne
    A la cour du roi Henri II, la princesse de Clèves, jeune mariée, craint d'aimer le duc de Nemours dont elle est aimée. Cruellement déchirée entre son désir et son devoir, elle avoue ses sentiments à son époux, qu'elle met au désespoir. Le prince meurt bientôt, rongé par le chagrin. Mme de Clèves lui reste fidèle et s'interdit de jamais céder à sa passion pour le duc de Nemours. Peinture d'une âme tourmentée érigée en symbole de vertu, le roman de Mme de Lafayette demeure l'un des chefs-d'oeuvre de la littérature amoureuse.

    Le capitaine Fracasse

    par Gautier, Théophile
    Sous le règne de Louis XIII, le jeune baron de Sigognac, qui habite un château délabré au milieu des Landes, a pour seuls amis un vieux domestique, son chat et son chien. Un soir, il offre l'hospitalité à une troupe de comédiens. Entraîné par leur gaieté, il décide de les suivre dans leurs aventures et tiendra désormais le rôle du capitaine Fracasse. Amoureux d'Isabelle, la jeune première de la compagnie, il va se découvrir un rival en la personne du duc de Vallombreuse, prêt à tout pour séduire la comédienne... Roman de cape et d'épée, Le Capitaine Fracasse (1863) met en scène un héros haut en couleur qui, d'exploit en exploit, finit par ne plus faire qu'un avec son personnage.

    Le Petit Chose : histoire d'un enfant

    par Daudet, Alphonse
    Daniel Eyssette, enfant pauvre, est le seul élève de sa classe à porter une blouse. Le maître ne l'apostrophe que d'un négligent "petit Chose". Les brimades continuent au collège de garçons où, suite à la ruine de son père, il est contraint d'accepter une place de surveillant. Mais il ne songe qu'à rejoindre son frère, à Paris, pour y vivre de ses poèmes... Esquissé en deux mois de l'hiver 1866 lors d'un séjour dans sa Provence natale, Le Petit Chose est une "sorte d'autobiographie" où Daudet, saisi de nostalgie, faisait entendre un écho romancé de sa jeunesse. "Oui, dira-t-il plus tard, c'est bien moi, ce petit Chose obligé de gagner sa vie à seize ans dans cet horrible métier de pion, et l'exerçant au fond d'une province qui nous envoyait de grossiers petits montagnards m'insultant dans leur patois cévenol, brutal et dur. Livré à toutes les persécutions de ces monstres, entouré de cagots et de cuistres qui me méprisaient, j'ai subi là les basses humiliations du pauvre...

    Les bijoux indiscrets

    par Diderot, Denis
    "Vous voyez bien cet anneau, dit-il au sultan; mettez-le à votre doigt, mon fils. Toutes les femmes sur lesquelles vous en tournerez le chaton raconteront leurs intrigues à voix haute, claire et intelligible : m'ais n'allez pas croire au moins que c'est par la bouche qu'elles parleront. -Et par où donc, ventre-saint-gris! s'écria Mangogoul, parleront-elles donc? - Par la partie la plus franche qui soit en elles, et la meixu instruite des choses que vous désirez savoir, dit Cucufa; par leurs bijoux. -Par leurs bijoux, reprit le sultan, en éclatant de rire : en voilà bien une autre. Des bijoux parlants! cela est d'une extravagance inouïe. -Mon fils, dit le génie, j'ai bien fait d'autres prodiges en faveur de votre grand-père; comptez donc sur ma parole. Allez, et que Brama vous bénisse. Faites un bon usage de votre secret, et songez qu'il est des curiosités mal placées."

    Les Chouans

    par Balzac, Honoré de
    Le premier grand roman de Balzac. La Vendée dressée contre la Révolution, un ensemble de tableaux d'histoire brossés avec une ampleur épique, la verve de Dumas, la lucidité, le regard de voyant de Michelet. " Les Chouans, écrit Pierre Gascar, c'est le peuple défiguré, dénaturé par des siècles de superstition, habilement conduit par ses maîtres au mépris de soi, à l'ivresse de la servitude ", mais c'est aussi " un des plus beaux romans de l'amour fou ". Ou, comme l'écrivait Balzac lui-même à Mme Hanska: "Je comprends ce qui vous a fait vouer une espèce de culte à ce livre. La passion y est sublime. Le pays et la guerre y sont dépeints avec un bonheur qui m'a surpris. Je suis content. "

    Les fables de La Fontaine

    par La Fontaine, Jean de
    "Je me sers d'animaux pour instruire les hommes...". C'est ainsi que Jean de La Fontaine dédicaça ses Fables au fils de Louis XIV. Près de quatre siècles plus tard, Le Corbeau et le Renard, La Cigale et la Fourmi, Le Pot de terre et le Pot de fer n'ont rien perdu de leur force et font partie de notre patrimoine culturel qu'on continue d'enseigner ou d'offrir aux petits comme aux plus grands. Parmi les adeptes de toujours de ces textes intemporels, Joann Sfar, qui pour notre plus grand bonheur a richement illustré ses fables préférées. Un magnifique recueil à mettre entre toutes les mains et qui donne à voir l'alliance parfaite du fabuliste du XVIIe siècle et de l'artiste protéiforme qu'on ne présente plus.

    Les fausses confidences

    par Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de
    Le valet Dubois entreprend d’orchestrer le mariage de son ancien maître, Dorante, avec Araminte, une riche veuve que celui-ci-aime secrètement. Parviendra-t-il, par le pouvoir de la parole – manipulatrice, mensongère, fabulatrice –, à obtenir qu’Araminte s’éprenne à son tour de son soupirant ?... Placée sous le signe du langage, de ses subtilités et de ses ruses, Les Fausses Confidences (1737) est une pièce virtuose où l’amour se cherche et se conquiert par la force des mots.

    Les Hauts de Hurlevent

    par Brontë, Emily
    Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune (le la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste. Ce roman anglais, le plus célèbre du XIXe siècle à nos jours, a été écrit par une jeune fille qui vivait avec ses soeurs au milieu des landes de bruyère. Elle ne connut jamais cette passion violente ni cette haine destructrice. Elle imagina tout, même le fantôme de la femme aimée revenant tourmenter l'orgueilleux qui l'a tuée.)

    Les Miserables : T 1

    par Hugo, Victor
    Dans cette épopée que sont Les Misérables, parus en 1862, il peint une fresque riche en couleurs. Loin de n'être que le récit de la réhabilitation d'un forçat évadé victime de la société, Les Misérables sont avant tout l'histoire du peuple de Paris. Jean Valjean, et le lien qui l'unit à Cosette, en est le fil conducteur et le symbole. A travers sa vie et ses rencontres apparaît l'image d'une humanité misérable mais pleine de grandeur, dont il semble être l'archétype. Homme du peuple par excellence, damné et accablé par les humiliations successives, Jean Valjean prend sur lui le péché du monde et l'expie. Dans son effort incessant pour se racheter, il assume un destin tragique qui nous renvoie le reflet de l'humanité en marche

    Lettres persanes

    par Montesquieu, Charles-Louis de Secondat, baron de
    Deux voyageurs Persans, Usbek et Rica, visitent la France entre 1712 et 1720. Ils font part de leurs impressions à leurs amis avec lesquels ils échangent des lettres. C’est avec un regard neuf, amusé, parfois stupéfait, qu’ils observent les mœurs et les coutumes françaises. Bien des habitudes paraissent absurdes ou ridicules…

    Mémoires d'une jeune fille rangée

    par Beauvoir, Simone de
    Je rêvais d'être ma propre cause et ma propre fin ; je pensais à présent que la littérature me permettrait de réaliser ce voeu. Elle m'assurerait une immortalité qui compenserait l'éternité perdue ; il n'y avait plus de Dieu pour m'aimer, mais je brûlerais dans des millions de coeurs. En écrivant une oeuvre nourrrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l'humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres ? Je m'intéressais à la fois à moi et aux autres ; j'acceptais mon "incarnation" mais je ne voulais pas renoncer à l'universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s'étaient développées en moi au cours de ces quinze années.

    Monsieur de Pourceaugnac

    par Molière, Jean-Baptiste Poquelin dit
    Éraste et Julie s’aiment tendrement, mais Oronte, le père de la jeune femme, a d’autres ambitions pour sa fille. Il la destine à Monsieur de Pourceaugnac, un gentilhomme de Limoges. Les deux amants usent alors de tous les stratagèmes pour se débarrasser du prétendant, qui se voit livré tour à tour à des médecins, des gardes suisses, des avocats ; menacé de lavement et accusé de polygamie... Créée en 1669, cette comédie-ballet, considérée comme l’une des plus cruelles de Molière, reprend les grands thèmes qui traversent son oeuvre : le mariage forcé, l’argent et la maladie.

    Oeuvres

    par Desnos, Robert
    Robert Desnos ? Le jeune prophète "parlant surréaliste à volonté" (Breton). L'auteur de poèmes d'amour "aussi beaux que ce que vous pouvez connaître de plus beau dans le genre, Baudelaire ou Ronsard" (Artaud). "Le faiseur d'épopées et le poète populaire" (Leiris). Le créateur, pour les enfants de ses amis, de merveilleux albums qu'il illustre lui-même. Le lecteur de Fantômas et des Pieds Nickelés, dont les articles exaltent les pouvoirs de rêve et d'érotisme du cinéma muet et du phonographe, et qui écrit scénarios et chansons. Le pionnier de l'art et de la publicité radiophoniques. L'homme enfin qui, tout en "collaborant" au journal Aujourd'hui, soumis à l'occupant, appartient au réseau de résistance "Agir" . Multiple Robert Desnos qui affirmait dès 1923 : "Les lois de nos désirs sont des dés sans loisir" et, en 1942 : "En définitive, ce n'est pas la poésie qui doit être libre, c'est le poète".

    Pelléas et Mélisande : pièce et livret

    par Maeterlinck, Maurice
    Golaud Je ne pourrai plus sortir de cette forêt. Dieu sait jusqu'où cette bête m'a mené. Je croyais cependant l'avoir blessée à mort ; et voici des traces de sang. Mais maintenant, je l'ai perdue de vue ; je crois que je me suis perdu moi-même - et mes chiens ne me retrouvent plus - je vais revenir sur mes pas... J'entends pleurer... Oh ! Oh ! Qu'y a-t-il là au bord de l'eau ? ... Une petite fille qui pleure à la fontaine ! (Il tousse.) Elle ne m'entend pas. Je ne vois pas son visage. (Il s'approche et touche Mélisande à l'épaule.) Pourquoi pleures-tu ? (Mélisande tressaille, se dresse et veut fuir.) N'ayez pas peur. Vous n'avez rien à craindre. Pourquoi pleurez-vous, ici, toute seule ? Mélisande Ne me touchez pas ! Ne me touchez pas ! Golaud N'ayez pas peur... Je ne vous ferai pas... Oh ! vous êtes belle ! Mélisande Ne me touchez pas ! Ou je me jette à l'eau ! ...

    Phèdre : tragédie

    par Racine, Jean
    Trézène, Grèce, à une époque lointaine. Le roi Thésée est porté disparu et présumé mort. Phèdre, sa seconde épouse, se consume d'amour pour Hippolyte, son beau-fils. A peine avoue-t-elle ses sentiments au jeune homme que Thésée revient au pays...

    Raison et sentiments

    par Austen, Jane
    Si la fougueuse Marianne s'abandonne à une passion qui menace de lui brûler les ailes, la sage Elinor prend le risque de perdre l'amour à force de tempérance.

    Robinson Crusoé

    par Defoë, Daniel
    "Jamais infortunes de jeune aventurier ne commencèrent plus tôt et ne durèrent plus longtemps que les miennes..." Quand il embarque à dix-neuf ans, contre l'avis de son père, Robinson ignore encore l'incroyable destin qui l'attend. Seul rescapé d'un naufrage, perdu sur une île déserte, il va devoir apprendre à survivre au milieu d'une nature hostile... Inspiré d'une histoire vraie, un chef-d'oeuvre du roman d'aventures

    Théogonie : la naissance des dieux

    par Hésiode
    Le poème théogonique d'Hésiode se présente, tel qu'il nous a été transmis dans sa forme d'oeuvre complète et systématique, comme le témoignage central, le document majeur dont nous disposons pour comprendre la pensée mythique des Grecs et ses orientations traîtresses dans le domaine cosmogonique. Jean-Pierre Vernant.
    Malvoyant
    Thème par défaut

    Nouveautés