Coordonnées

    Médiathèque de Limay
    8, avenue du Président Wilson
    78520 Limay
    France
    Tél : 01 34 97 27 35

    Horaires d'ouverture du 8 juillet au 31 août inclus

    Lundi Fermé fermé
    Mardi Fermé 14h-17h30
    Mercredi  10h-12h30 14h-17h30
    Jeudi Fermé Fermé
    Vendredi 10h-12h30 14h-17h30
    Samedi 10h-12h30 14h-17h00


    Nouveautés par catégorie

    Prix "Sorcières"

    Les Prix Sorcières, décernés depuis 1986 par l’Association des librairies spécialisées jeunesse, en collaboration avec l’Association des Bibliothécaires de France depuis 1989, portent sur une sélection d’ouvrages pour la jeunesse ayant le plus marqué les professionnels dans leur pratique quotidienne.
    Symbole de la complémentarité de 2 métiers, cette sélection réaffirme le souhait des libraires et des bibliothécaires de proposer aux jeunes lecteurs d’aujourd’hui des livres qui ne laissent pas indifférents, faits de larmes et de rires, de violence et de douceur, des livres pour se construire en toute liberté, en toute curiosité.
    Ils couronnent chaque année six titres dans les catégories suivantes : Carrément Beau Mini, Carrément Beau Maxi, Carrément Passionnant Mini, Carrément Passionnant Maxi, Carrément Sorcière Fiction, Carrément Sorcière Non-Fiction

    PRIX SORCIERES 2019

    L'appel de la lune

    par Wilk, Elis
    Lulu est réveillée par un cri, un « Lilaliuuu… » qui l’effraye et l’intrigue. Est-ce la lune qui l’appelle ? Ou tout autre chose ? Oscillant entre peur et curiosité, elle rassemble son courage et part à la recherche du bruit.

    La forêt

    par Bozzi, Riccardo
    Des explorateurs pénètrent dans une forêt « immense [et] très ancienne ». Au début, seuls de jeunes pins occupent l’espace et les explorateurs sont plein de curiosité, encore vierges de tout a priori ou de toute peur. Puis le paysage va en se complexifiant, il devient de plus en plus dense, les obstacles et les difficultés se présentent. « La montée est épuisante. A la fin, c’est presque une paroi verticale. Mais les explorateurs grimpent avec diligence, malgré les douleurs et les épreuves. » Les explorateurs s’unissent en groupes ou continuent en solitaire. « A chaque pas, on risque de se cogner ou de s’égratigner. Mais d’après la science et le bon sens, il est impossible de retourner en arrière. »

    La montagne

    par Chica, Carmen
    Une promenade magique dans la montagne. Seul. Enfin, presque...

    La petite épopée des pions

    par Audren
    Sasha habite dans un beau coffre en bois de rose, en compagnie d’autres Sasha noirs et blancs. Parfois, la Main lui fait prendre l’air en le déplaçant sur un damier, puis elle le range soigneusement. Sasha, comme tous les Sasha, sait qu’il doit respecter la règle du jeu : obéir sur sa case. Il y a bien le Géant-Monde ailleurs, plus loin, mais cela voudrait dire s’aventurer et probablement mourir.

    Le célèbre catalogue Walker & Dawn

    par Morosinotto, Davide
    P'Tit Trois, Eddie, Min et Julie ne pourraient pas être plus différents, et en même temps plus amis. Ils partagent un catalogue de vente par correspondance, trois dollars à dépenser et un grand désir de découvrir le monde. Et quand, au lieu du revolver qu'ils ont commandé arrive une vieille montre qui ne fonctionne même pas, les quatre n'hésitent pas une seconde et partent vers Chicago pour récupérer leur revolver. Au cours de leur voyage, ils rencontreront des tricheurs professionnels, des flics véreux, des méchants qui semblent gentils et des gentils qui ne le sont pas du tout... un crime non résolu et beaucoup, beaucoup d'argent...13 et plus.

    Le tracas de Blaise

    par Frier, Raphaële
    En se réveillant un matin, après des rêves agités, Blaise se retrouva dans son lit, le pied métamorphosé en patte d'ours. Une chose bizarre venait de lui arriver. Si chaque jour les symptômes sont toujours plus nombreux, et plus difficiles à dissimuler, Blaise tente malgré tout de poursuivre une vie normale : il se rend à son bureau, fait face à toutes sortes de tracas, parce qu'il le faut bien.

    Les riches heures de Jacominus Gainsborough

    par Dautremer, Rébecca
    En douze scènes de genre traversées par les saisons, ponctuées de trois pêle-mêle et d’une dizaine de portraits du héros à différents âges, voici le récit d’une vie. Ses petits riens, ses grands moments, ses joies, ses peines, ses doutes, ses épreuves… Avec, au final, la chance d’avoir été aimé et le bonheur de contempler, au crépuscule de son existence, ses amis fidèles, Policarpe, César, Agathon ou Byron, sa compagne Douce la bien nommée et ses petits-enfants autour de soi.

    Milly Vodović

    par Rugani, Nastasia
    Aujourd'hui, Milly a eu envie de mordre jusqu'au sang. Swan Cooper tirait des balles de revolver à deux pas de son frère Almaz, couché dans la boue. Alors Milly a foncé pour sauver son grand frère. Dans un élan bestial, elle a cassé le bras et le nez de Swan Cooper. Depuis, Almaz, vexé, ne lui parle plus, mais qu'importe. Milly Vodovi peut tout faire désormais. Pourtant, des phénomènes étranges se produisent autour d'elle. Alors que la ville se recouvre de coccinelles, le Mange-cœurs approche. Mais Milly se répète que les monstres n'existent pas. L'histoire, elle, ne l'entend pas de la même manière. A partir de 12 ans.

    Moi, j'ai peur du loup

    par Vast, Émilie
    Deux lapins discutent dans la nuit. «Je peux te dire un secret ? Moi, j'ai peur du Loup. - Ah oui ! Pourquoi ? - Parce qu'il a de grandes dents ! - Mais non, c'est le... morse qui a de grandes dents !» Au fil des pages, l'un des lapins égrène les qualités qui font du loup un animal effrayant, tandis que l'autre attribue ces qualités à un animal différent. Le loup devient alors un hybride très étrange, bien loin du loup réel, bien plus élégant et moins effrayant !

    Nous avons rendez-vous

    par Dorléans, Marie
    Une nuit, deux enfants sont réveillés par leurs parents : « Nous avons rendez-vous » leur chuchote leur maman. Mais où vont-ils ainsi, à travers la nuit ? Après avoir quitté la maison, la famille traverse des paysages baignés par la nuit, réinventés par la lumière des fenêtres, du train qui passe, de la lune qui brille, de la lampe torche, de la voie lactée.

    Pëppo

    par Vidal, Séverine
    Salut mon frère Je pars à La Jonquera. Occupe-toi des petits. Je reviendrai. Elle a déconné, Frida. J'ai déjà du mal à m'en sortir quand j'ai que moi à gérer, alors je comprends pas comment elle a pu croire une seconde que je pourrais faire ça. Tout seul. Je sais même pas comment on chauffe un biberon. Mettre une couche dans le bon sens. D'ailleurs tout le monde le dit toujours, et Tonton Max en tête : Pëppo t'as pas de bon sens. Je suis coincé. Pëppo, mon gars, t'es coincé. Gravement. Et tout ce que tu vas faire, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au retour de Frida, tu le feras deux mômes sur les bras. Ou dessous. Je sais même pas comment ça se porte des bébés.

    Petit soldat

    par Ober, Pierre-Jacques
    « Il y a environ cent ans, le monde entier est entré en guerre. On l’a appelée la Grande Guerre, mais ceux qui ont combattu étaient de petits soldats. » Pierre est l’un d’entre eux. Un récit émouvant sur la Première Guerre mondiale raconté avec virtuosité par le biais de petits soldats de plomb. Petit soldat peut être lu à des enfants à partir de 6 ans. C'est un album à accompagner mais il a le mérite d'amener l'essentiel sur la Première Guerre mondiale et de poser les bonnes questions.

    Petites histoires de nuits

    par Crowther, Kitty
    « Raconte-moi trois histoires » demande Ourson à sa maman… Dooong Dooong, c’est l’histoire de la gardienne de la nuit qui sonne l’heure où les petits et les grands vont se coucher. « Je n’ai pas du tout sommeil », couine la petite hermine. « Couche-toi, dit la gardienne, et le sommeil t’attrapera. » Il y a aussi la grande aventure de Zhora, la petite fille à l’épée, qui cueille la plus belle mûre de toute la forêt pour sa maman. Et puis celle de Bo, ce petit être toujours vêtu d’un manteau, qui se balade à la recherche d’une miette de sommeil. « Maintenant, choisis ton étoile pour t’emmener jusqu’à demain », chuchote maman en bordant Ourson.

    Soixante-douze heures

    par Vermot, Marie-Sophie
    Soixante-douze heures, c'est le temps dont dispose lrène pour revenir sur la décision qu'elle a prise un matin de septembre, pendant un devoir de maths : celle d'accoucher sous X. Dans le silence de sa chambre d'hôpital, elle chasse l'air de ses poumons, puis reprend une inspiration et le chasse à nouveau, avec plus de vigueur cette fois. Par bribes, les souvenirs affleurent, qui reconstituent son histoire. Ces derniers mois, ces dernières années. Sa rencontre avec ce garçon, fasciné par son ultrafinesse, le lycée, sa mère, les secrets de famille. Malgré ses efforts, Irène est habitée par cette voix qui la poursuit et lui rappelle que ce bébé qu'elle vient d'expulser de son corps est le sien pour la vie. Tout se mêle, c'est le chaos dans son crâne. Et l'heure approche. Mais cette décision lui appartient à elle, et à personne d'autre. Un texte rare qui dit, sans fard et sans jugement, un combat aussi intime qu'universel. A partir de 13 ans.

    Un chien comme ça

    par Claire, Céline
    Tomy a trouvé un chien. Ça tombe bien, parce que Tomy a toujours rêvé d'avoir un chien. Celui-là n'est pas très grand, pas très joli. Il ne rapporte pas le bâton que Tomy lui lance. Mais ils passent ensemble des après-midis à jouer. Pourquoi n'avoue-t-il pas à ses cousines que ce chien est à lui ? Ses cousines qui ont un beau chien, haut et fier... Cette nuit-là, Tomy va tout tenter, quitte à braver les intempéries et les interdits, pour retrouver la confiance de son chien. Une belle aventure sur le thème de l'amitié et de la loyauté des sentiments.

    Une super histoire de cow-boy

    par Perret, Delphine
    C’est l’histoire d’un cow-boy. Je l’ai remplacé par un singe, parce qu’on m’a dit qu’un cow-boy ça faisait trop peur avec ses dents cariées et son air mauvais. Son pistolet a été remplacé par une banane parce qu’un pistolet c’est trop dangereux. Ainsi commence cette super histoire de cow-boy : page de gauche, le texte, en grandes lettres capitales, raconte les frasques d’un cow-boy pas très commode, qui mange des bébés lapins, dit des gros mots et cambriole des banques. Mais comment illustrer ces scènes d’une violence inouie… ?
    Malvoyant
    Thème par défaut

    Nouveautés